Annie Goffin

Monsieur le Bourgmestre, Chers collègues Conseillers,

Nous, Conseillers des groupes ECOLO et PS, sentons depuis quelque temps un malaise au sein des Services de la Commune.

Notre appréhension s’est trouvée justifiée lors de la présentation des vœux de Nouvel An à Ethe le 13 janvier dernier.

En effet, nous avons été interpelés par le peu de monde présent des Service de l’Administration et des Travaux.

Nous nous sommes donc interrogés sur les raisons de cette situation inédite. Nous avons entendu plusieurs membres du personnel et en avons recueilli le témoignage.

En les lisant, nous avons constaté un contraste très important entre, d’une part, les discours du Bourgmestre et de la Directrice générale et, d’autre part, la réalité vécue ou ressentie au quotidien à l’Administration communale.

Cédric

En voici quelques caractéristiques édifiantes : …

Christophe Gavroy

Nous ne remettons pas en cause la nécessité d’une hiérarchie, mais nous posons des questions à propos de la façon de communiquer et d’écouter entre les détenteurs de l’autorité et les exécutants.

Nous sommes sûrs que les membres du personnel sont désireux de s’investir dans leur travail pour le bien de la Commune et de ses habitants. Mais, pour ce faire, elles ont besoin d’un cadre clair dans lequel elles trouvent de l’écoute, du respect, une saine confrontation, et aussi de l’encouragement. Certains travailleurs nous ont paru particulièrement découragés.

Sabine

C’est tout le domaine essentiel des « relations humaines » au sein d’une administration qui, pour être efficace, ne peut être considéré comme négligeable. Le bien-être ne se résume pas à l’environnement matériel.

Il existe, d’ailleurs, une législation relative au bien-être du travailleur (Loi du 4 août 1996) qui définit clairement les risques psychosociaux au travail. Il y est notamment indiqué que « l’employeur prend des mesures appropriées pour mettre fin aux dommages découlant des risques psychosociaux au travail, dont le stress, le burnout, les conflits et la violence ou le harcèlement moral ou sexuel au travail. »

Christian

Monsieur le Bourgmestre, Chers collègues Conseillers, notre demande consiste en la volonté d’une réinstauration à la Commune d’un cadre empathique dans lequel chaque travailleur puisse travailler et s’épanouir dans sa fonction.

Cela implique présence et écoute réelle, bien au-delà de simples procédures. L’ambition pour la Commune ne doit pas faire fi du chainon essentiel qu’est son Administration. Celle-ci est un vivier d’expérience, d’initiatives et de processus d’apprentissage.

Philippe L

Nous avons souhaité porter à votre attention ces feux clignotants, voire ces feux rouges. Les négliger ne peut conduire qu’à des échecs sur le plan humain, mais aussi en termes d’efficacité. En tenir compte, c’est faire preuve du courage de la remise en question. C’est ainsi que l’on peut prendre les bonnes décisions pour éviter d’aller droit dans le mur.

Madame la Directrice générale, en tant que responsable du personnel communal, nous sommes sûrs que vous trouverez l’énergie et l’intelligence pour proposer des solutions dans le cadre d’une saine gestion des ressources humaines.

Annie Goffin

Nous terminons cette intervention par les termes glaçants et synthétiques d’un(e) de vos employé(e)s : « Je pense au boulot jour et nuit. En effet, malgré la fatigue, je n’arrive pas à dormir. Chaque vendredi atteint est une victoire que je peux savourer, en famille, le samedi, mais qui fond au fur et à mesure que le dimanche s’écoule… »

Share This