Qui sommes nous?

L'équipe et les élus de la commune

Annie Goffin

Conseillère communale

  • annie_goffin@yahoo.fr
  • 0498 765702

« Créons les conditions du bien-être de tous ! »

Outre ta carrière d’institutrice, tu es bien connue pour ton action dans l’associatif social virtonnais et aujourd’hui te voilà tête de liste Ecolo, quel parcours… Ma profession m’a rendue attentive à tout ce qui permet aux enfants de se trouver dans de bonnes conditions pour apprendre à l’école et entrer avec confiance dans la vie. En premier lieu, un revenu suffisant pour les familles, une alimentation de qualité, un logement décent, des soins de santé accessibles. Voilà des choses essentielles qui ne sont malheureusement pas encore le lot de tous nos concitoyens mais pour lesquelles l’action associative et l’action politique sont nécessaires. A cela, il faut ajouter le contexte extérieur : des espaces publics pour permettre aux petits de jouer avec d’autres en toute sécurité, des routes sûres pour qu’ils s’exercent à la liberté et l’autonomie, l’accès aux livres et aux activités en dehors de l’école, la possibilité de se rassembler entre jeunes… autant de voies privilégiées permettant l’épanouissement des jeunes. Et autant de motivations à l’engagement politique concret dans ma ville, Virton.

Pour les enfants et les jeunes

J’observe un manque de nouveaux projets dans le domaine de l’accueil extrascolaire et surtout une politique de prix qui rend difficile, voire impossible l’accès de tous les jeunes de tous les milieux aux plaines de vacances d’été, par exemple. Du côté des clubs sportifs, je vois des comités obligés d’organiser des brocantes, soupers et tombolas, non pas pour se permettre des extras mais pour la subsistance même du club, comme la location du terrain ou des vestiaires. Inévitablement les prix des affiliations s’en ressentent également. Je veux donc que la Ville investisse dans tous les sports, avec une attention particulière à la pratique féminine des sports, trop souvent délaissée.

Quel idéal as-tu pour Virton ?

Par mon engagement, je voudrais contribuer à faire de notre commune une commune où le mot solidarité reprend tout son sens, une commune respectueuse et à l’écoute des citoyens dans leur diversité. Une commune qui va vers ses administrés, une commune exemplaire pour relever les défis d’aujourd’hui dans ce monde qui change, une commune qui crée les conditions du bien-être de tous. Ma conviction est que nous avons tous intérêt à ne laisser personne au bord du chemin.

Christophe Gavroy

Conseiller communal

  • christophe.gavroy@gmail.com

« Capitale de la Gaume, ce n’est pas une rente de situation ! »

L’économie, une affaire de la Commune ?

L’économie, à l’échelle d’une commune, c’est loin des crises mondiales et de l’euro. Ce sont plein de choses à changer, améliorer ou initier… Seuls ou avec l’aide des outils économiques qui existent. Nous pouvons renforcer l’emploi ou encore créer une « vitrine commerciale » commune. Virton capitale de la Gaume, ce n’est pas une rente de situation mais un défi permanent.

L’attractivité de Virton serait insuffisante ?

Oui et il faut changer ça ! La commune doit être un facilitateur et un catalyseur. Par exemple, ce ne sont pas les subsides à la création d’entreprises qui peuvent maintenir un indépendant plus de 3 ans à Virton mais bien un état d’esprit général de type « initiatives & émulation créatrice ». A l’heure des technologies de la communication, l’entrepreneur de services peut s’installer là où il se sent bien, par exemple à Virton près de chez lui. La commune peut, avec les acteurs économiques locaux, faciliter l’installation et proposer, à prix raisonnable, des locaux partagés, un espace de « co-working » avec des frais répartis entre les utilisateurs.

Et du côté des secteurs plus traditionnels ?

Pour l’agriculture, la promotion des circuits courts et des productions locales et bios doit se traduire systématiquement dans les cahiers des charges de toutes les collectivités (crèches, écoles, homes). Nous devrons aussi soutenir les initiatives associatives et citoyennes qui veulent dynamiser les circuits locaux de produits issus de l’agriculture durable à destination des habitants et… des touristes. Eh oui, les touristes sont consommateurs des paysages et de la riche nature gaumaise. Mais pas uniquement : ils consomment sur place. Tout le monde connaît l’importance de l’image des produits du terroir. Le tourisme est un développeur important de la vie économique, à renforcer. On en revient ainsi à l’attractivité de Virton mais aussi à l’ouverture d’un site comme Rabais ou d’autres infrastructures à la population, en dehors des périodes de haute saison.

Comment vois-tu l’avenir de ta ville ?

Nous devons construire ensemble un projet pour Virton du futur, une vision à long terme et mettre le développement de la commune dans une perspective durable. L’économie à l’échelle locale, centre et villages, est un élément essentiel qui traverse un tel projet, en interaction avec la culture, les entreprises, l’enseignement, le commerce ou le tourisme.

Claudine Marx

Conseillère de l’action sociale

  • claudinemarx@hotmail.com
  • 0473 670512

Suite aux résultats des élections communales du mois d’octobre dernier, le parti Ecolo sera donc présent au sein du Conseil de l’Action Sociale de la commune de Virton pour la 1ère fois. Les membres de la locale Ecolo de Virton ont décidé de me confier la responsabilité d’occuper ce mandat et lors de la première réunion du Conseil de l’Action Sociale, j’ai été élue membre du Comité spéciale de l’action sociale. C’est une mission importante que j’aurai à cœur d’assumer du mieux possible.

Bien que je ne sois pas originaire de Virton, j’y habite depuis près de 40 ans dont plus de 36 dans le village de Latour. J’ai 62 ans. J’ai quatre filles et 7 petits-enfants qui viennent souvent en vacances chez moi.

Au niveau professionnel, j’ai travaillé comme aide-familiale pendant 18 ans en assumant une présence en priorité auprès des familles les plus précarisées de la région, avec une interruption de deux années au cours desquelles j’ai tenu une petite épicerie dans le quartier des Minières. Ce magasin constituait un véritable lieu de rencontre pour les habitants du quartier.

J’ai poursuivi mon parcours professionnel en devenant responsable d’un mouvement d’éducation permanente auprès de femmes au niveau du territoire de la province de Luxembourg. Cette expérience a été très enrichissante. Ce travail, principalement avec des femmes issues du monde populaire, m’a permis de comprendre l’importance de la prise en compte de l’histoire et des compétences de chacune et de chacun pour réaliser un changement de société collectif.

A côté de ces expériences professionnelles, j’ai toujours poursuivi des engagements volontaires notamment dans l’enseignement, l’alphabétisation, l’accueil des personnes en difficulté, l’insertion sociale… Ces engagements occupent d’ailleurs toujours une place importante dans mes activités.

Bien que membre depuis peu d’Ecolo, je me suis toujours préoccupée des questions politiques notamment dans mes activités professionnelles et bénévoles.

Forte de ces expériences et de ces engagements, je souhaite mener à bien cette mission qui m’est confiée, dans le respect des valeurs de l’écologie politique.

Share This