Après 5 ans de prix inchangé à 2,16€, le coût-vérité (prix) de la distribution d’eau (CVD) augmentera en 2020 à un montant encore à fixer qui se situera vraisemblablement entre 2,60 et 2,75€. La majorité IC-Ecolo-E.A. plaide pour le fixer à 2,60€.

Vincent Wauthoz, échevin de la politique de l’eau explique, au nom de la majorité, sous le titre « la vérité sur le coût-vérité de l’eau », le pourquoi de cette augmentation et rappelle les vertus de notre eau et de sa distribution. À lire ICI

Quelques éléments d’analyse et de rappels historiques
  • La commune a une liberté, celle de rester maître de son réseau de distribution d’eau et de l’eau qui y circule. La majorité est pour. Les Virtonnaises et les Virtonnais ont le privilège de boire et consommer une eau de bon goût et de qualité et, sauf exceptions, non traitée. Mesurons bien ce que cela peut signifier par rapport à ceux devant consommer de l’eau de la Meuse ou du barrage de Nisramont, bien sûr potabilisée mais tellement peu goûteuse… Un petit calcul : 1 litre d’eau en bouteille par jour à 20 centimes, cela fait 75€/an. 1 litre d’eau du robinet par jour à 0,5 centimes, cela fait 1,8€. Ne l’oublions jamais lorsque nous comparons.
  • La commune a un devoir, celui de fixer une des composantes du prix de l’eau, le « coût-vérité de distribution » ou CVD, qui « pèse » à peu près la moitié de la facture. Nous devons l’assumer. Comme son nom l’indique, le CVD doit refléter le coût réel de l’ensemble des opérations de captage et de distribution jusqu’à votre compteur de maison. Cela comprend les investissements de réseau de conduites, les réparations, le personnel et son matériel, tout ! Cf. explications de Vincent Wauthoz.
  • L’eau est un bien précieux mais ce n’est pas elle que nous payons, c’est sa distribution (CVD) et son assainissement (CVA). La distribution de l’eau de Virton (CVD) est-elle plus chère qu’ailleurs ? Jusqu’ici largement moins chère que dans les communes affiliées à la SWDE (la majorité des communes de Wallonie) soit 2,62€/m³ et ni la plus chère ni la moins chère des communes distributrices.
L’augmentation est-elle sans précédent ?
  • même dans l’hypothèse d’une augmentation à 2,75€ soit + 29,7 %, cela reste largement inférieur à l’augmentation de fin 2013 qui était de 52 % (passage de 1,056 à 1,61€), suivie en 2014 de 25 % (2,01€) et l’année suivante une dernière augmentation de 7 % supplémentaires pour arriver aux 2,16€ actuels ;
  • le montant du CVD est inchangé depuis 5 ans, contre la volonté du Collège communal précédent lui-même, qui avait la volonté (l’obligation en fait) d’ajuster le montant à la réalité des coûts. Sans un raté administratif, le CVD aurait été fixé à 2,53€ en 2017 et à 2,73€ en 2018 (décision du CC du 16/8/2017). Nous sommes en 2019 et avons donc bénéficié de trois années avec de l’eau vendue sous le prix réel en fait, pas anodin à savoir quand nous examinerons notre dernière facture 2019 ;
  • la majorité communale IC-Ecolo-E.A. cherche à rester à un tarif au maximum équivalent à celui de la SWDE (2,62€) et n’a pas de logique de « rattrapage » par rapport aux années de CVD « sous le coût-vérité ».

Une polémique d’après-Conseil communal d’une partie de l’opposition, aux affaires durant les décennies précédentes, porte sur l’importance de l’augmentation. Cette petite mise au point révèle que les critiques et les leçons venant des acteurs des dernières années sont particulièrement malvenues si elles ne sont pas davantage fondées.

Oui la facture pour l’eau, ce bien de première nécessité, peut être salée mais elle s’explique. Expliquons-là ensemble à nos concitoyens et travaillons ensemble à maîtriser les coûts et à aider ceux qui en ont besoin à l’honorer.

Un consensus est-il possible sur la politique de l’eau ?

Ecolo souhaite un large consensus sur quelques points fondamentaux. La majorité communale partage ces différents points et, sans doute, la minorité également :

  • une eau toujours de qualité, en restant les maîtres de sa production et de sa distribution ;
  • une sortie rapide des raccordements en plomb. C’est une question de santé publique. Il en reste quelques centaines pour un coût qui dépasse le million d’€. La majorité s’y est engagée et le service des travaux y travaille semaine après semaine, en saisissant chaque opportunité d’accélérer le processus ;
  • continuer à s’attaquer aux fuites sur le réseau car, sans une intervention rapide, elles engendrent des dégâts du sous-sol suivis de coûts de réparation importants ;
  • la poursuite de la modernisation systématique du réseau de distribution qui date, pour certains tronçons, d’un siècle.
Et pour le prix ?
  1. le CVD est une obligation (décret de la Région wallonne). La majorité cherche à ce que son calcul soit le reflet de la réalité avec en point de mire de se trouver dans les eaux du montant SWDE qui est de 2,62€ ;
  2. une bonne perception des sommes dues contribue à mieux équilibrer les comptes et se répercute positivement sur le CVD ;
  3. le fonds social de l’eau, cette petite contribution solidaire que chacun paye avec sa facture est certes insuffisante mais permet au CPAS de Virton d’aider à payer tout ou partie des factures d’un certain nombre d’habitants en difficulté financière ;
  4. la maîtrise de sa consommation est un moyen-clef de réduction de la facture individuelle : une attention aux fuites anodines se traduisant en augmentation de facture, l’utilisation de l’eau de pluie, avec ou sans installation d’un circuit spécifique et son utilisation avec parcimonie, comme toutes les matières premières ;
  5. pour une consommation annuelle de 35m³ (consommation d’une personne), l’augmentation de la facture sera de 3,50€/10cts d’augmentation du CVD soit 17,80€/an TVAc si le prix du CVD atteint 2,60€ comme le souhaite et l’espère la majorité.

– – – – –

D’autres sujets concernant le Conseil communal du 28 octobre ICI

Share This